6 causes principales de maladies des arbres fruitiers

Un jardin est la fierté et le plaisir d’un jardinier. Quoi de mieux que de s’approcher de son arbre, de cueillir une pomme et de l’essuyer sur la jambe de son pantalon (ou sa jupe) avant de prendre une bouchée croquante du fruit juteux et éclaboussant.

Cependant, un jardin implique une certaine responsabilité. Aux arbres de notre jardin que nous entretenons. Comme les membres d’une famille, ils ont besoin d’affection – ils doivent être nourris, arrosés, protégés et soignés… Les arbres, comme les humains, tombent malades. Et il y a plusieurs justifications à cela. Aujourd’hui, nous allons examiner les six principales de maladies des arbres fruitiers.

Les dommages mécaniques sont la première cause

Les dommages mécaniques se produisent lorsque la plante est physiquement perturbée. Les causes les plus fréquentes sont les branches cassées, les blessures de l’écorce et les feuilles arrachées. Ils sont déclenchés par une multitude de facteurs, notamment les conditions météorologiques, les animaux et les personnes.

  • Les dommages mécaniques sont principalement causés par les fortes chutes de neige et les glaciers, qui cassent les branches.
  • Les grignoteurs d’écorce sont notamment les lièvres et les rats.
  • Les insectes nuisibles qui font des ravages sur le feuillage, les fleurs et les aliments.
    Les abrasions sur les feuilles causées par les vents forts (en raison du contact avec les branches).
  • La grêle, qui lacère le feuillage et cabosse les fruits.
  • La culture manuelle imprudente entraîne l’endommagement des troncs et des branches.
  • La récolte négligente entraîne des dommages à l’écorce et des cassures de branches.

Les dommages thermiques sont causés par des températures extrêmes

Le gel

L’écorce, le cambium et le bois des branches sont endommagés par les basses températures. Lorsque les températures chutent brusquement au début de l’hiver, avant qu’une couche de neige importante ne se soit formée, même le système racinaire peut être endommagé. La période la plus difficile de l’année pour un arbre fruitier est celle où le bois du tronc et les branches de l’échafaudage gèlent, ce qui perturbe de manière irréversible le lien entre les racines et les feuilles.

Le verger est mis à mal par le gel en hiver. Les vergers sont endommagés par le gel en hiver.

Soleil+gel

Lors des journées claires et froides, le soleil réchauffe l’écorce, ce qui provoque le réveil du cambium et le début de la circulation de la sève. La température chute ensuite précipitamment la nuit, et les cellules éveillées meurent. Cela fend l’écorce et révèle le bois qui se trouve en dessous. De même, les bourgeons floraux sont endommagés de cette manière.

Gelées au printemps

C’est un phénomène très régulier. Une baisse rapide de la température lors d’une journée chaude endommage les fleurs, les ovaires et même les jeunes feuilles des arbres fruitiers. Les bourgeons et les fleurs seront endommagés à des températures comprises entre -2 et -4°C, tandis que des températures aussi basses que -1°C entraîneront la mort des ovaires.

Les bourgeons et les fleurs qui ont été endommagés ont tendance à mourir et à tomber, et s’ils continuent à se développer, les fruits sont inesthétiques et de mauvaise qualité.

Hyperthermie estivale

Pendant les mois d’été dans les régions du sud, la température de surface des troncs, des branches et des feuilles des arbres fruitiers peut atteindre +30oC, voire +40oC pendant la journée. Comme prévu, des brûlures se développent sur l’écorce.

Cause 3 : humidité insuffisante ou excessive

On sait que les tissus des cultures fruitières contiennent entre 70 et 80 % d’eau, les fruits en contenant encore plus. Par conséquent, l’eau est une condition essentielle à la survie de nos jardins.

Les arbres fruitiers tirent la majorité de leur eau de l’humidité du sol. Il est bien établi que le niveau optimal d’humidité du sol pour les cultures fruitières se situe entre 65 et 80 %. Si cette quantité diminue et qu’il n’y a pas d’irrigation accessible, les arbres souffrent d’un manque d’humidité.

Dans la chaleur de l’été, le manque d’eau provoque un vieillissement accéléré du feuillage et de l’arbre entier, ce qui réduit considérablement sa vie productive. Par conséquent, les arbres donnent des fruits de façon sporadique, ne sont pas préparés pour l’hiver et sont souvent endommagés par le gel.

Cependant, l’humidité excessive du sol est également préjudiciable aux plantes du jardin. L’humidité excessive fait sortir l’oxygène du sol et retient le dioxyde de carbone. Cela affecte le système racinaire et peut entraîner la mort de la plante. De plus, la gale, l’oïdium, la coccomycose et d’autres infections fongiques deviennent vulnérables pour la plante.

Les plantes de jardin ont besoin d’un sol qui est continuellement humide mais pas saturé, et par conséquent, les régions de basse altitude sujettes aux inondations ne sont pas idéales.

Cause 4 : infestation parasitaire

C’est une cause majeure des maladies des vergers. Les parasites accèdent au corps de l’arbre ou de l’arbuste par des tissus endommagés ou des points faibles appelés « stomates ». Les maladies des arbres sont principalement causées par trois types de parasites.

Les champignons qui sont phytopathogènes

Les plantes qui manquent de chlorophylle sont inférieures. Elles ont perdu leur capacité de photosynthèse et se nourrissent plutôt de matières organiques décomposées aspirées par la plante hôte. Lorsqu’une spore fongique pénètre dans un arbre via une blessure, une infestation commence. Lorsque la spore germe, la pousse envahit les tissus et infecte l’arbre.

Bactéries

Micro-organismes dotés d’une seule cellule. Comme les champignons parasites, ils sont dépourvus de chlorophylle et dépendent de la matière organique cuite pour se nourrir. L’infection bactérienne des plantes peut provenir des stomates des feuilles ou de lésions dans la membrane de la plante.

Virus

Micro-organismes sans structure cellulaire. Ils sont beaucoup plus petits que les bactéries. Ils fonctionnent de manière similaire aux parasites une fois dans la plante. Les insectes suceurs tels que les cigales et les pucerons propagent le virus. Ils drainent la sève des plantes malades et sucent ensuite la sève des plantes saines.

Les agents pathogènes retardent la croissance et le développement de l’arbre, nuisent à ses activités importantes, altèrent le fonctionnement de ses organes et entravent le métabolisme et la création de molécules organiques. Par conséquent, les rendements sont considérablement réduits.

Les parasites sont responsables d’une variété de maladies dévastatrices qui affectent les récoltes de fruits.

Cause 5 : Infestation par des parasites

C’est l’une des causes les plus répandues. Les organes des arbres fruitiers sont une source de nourriture privilégiée pour toute une série de ravageurs, notamment les insectes, les mollusques, les vers, les arthropodes, les araignées et les crustacés. Les ravageurs attaquent tous les organes – racines, pousses, feuilles, bourgeons, fleurs et fruits – et font des ravages sur les arbres fruitiers, les rabougrissent et finissent par les tuer.

Les ravageurs infligent des dommages qui ne sont pas immédiatement visibles l’année de leur assaut. Généralement, la récolte de l’année suivante est également compromise pour l’arbre qui s’affaiblit. Les ravageurs diminuent considérablement la résistance à l’hiver et aux maladies des arbres fruitiers et des baies.

La majorité des parasites décrits ci-dessus sont contrôlables et devraient l’être. La sélection variée d’articles spécialisés de notre marché peut t’aider. Comparer les offres de plusieurs détaillants Internet peut t’aider à choisir un produit antiparasitaire.

Sixième raison : la malnutrition

Une croissance et une fructification stables ne se produisent que lorsque tous les nutriments nécessaires sont présents dans les quantités adéquates. Une carence ou un excès de nutriments entraîne un échec de la croissance.

Carence en minéraux

  • Elle peut être causée par : une diminution du transport des nutriments dans toute la plante suite à une blessure des tissus du tronc et des branches.
  • En raison de la génétique de la plante, elle a une capacité restreinte d’absorption des nutriments.
    une carence ou, au contraire, une abondance d’eau dans le sol.
  • Le gel du système racinaire dans une certaine mesure.
  • Les rongeurs endommagent le système racinaire de l’arbre.
  • Le sol et l’air ont une température anormalement basse ou excessivement élevée.
  • Niveaux inadéquats d’un ingrédient nécessaire dans le sol.
  • Les valeurs de pH dans le sol peuvent être faibles ou élevées.

Une carence en phosphore

  • Les feuilles des jeunes plants deviennent plus élancées.
  • Sur la face inférieure, les pétioles et les nervures deviennent nettement plus rouges.
  • Les pousses immatures prennent une couleur brun rougeâtre.
  • Les feuilles des arbustes à baies deviennent plus fines et prennent une couleur rouge-violet.

Carence en potassium

  • Une petite chlorose est observée entre les nervures des feuilles.
  • Les feuilles des grenadiers apparaissent d’abord claires, puis une bande jaune-brun apparaît sur les bords, comme une brûlure.
  • Un déficit aigu en potassium fait que les feuilles des pommiers et des poiriers deviennent brunes et noires.

En cas d’excès d’azote

  • Les branches se développent rapidement, les feuilles sont énormes et vert foncé, la floraison et la fructification sont faibles et les fruits tombent prématurément.
  • La qualité des fruits se dégrade : leur teneur en matière sèche et en sucre diminue considérablement, et ils ne se conservent pas bien.
  • Les arbres sont plus sujets aux maladies et ont une moindre résistance aux parasites.
  • La chlorose est une possibilité (ou s’intensifie si elle existe déjà).
  • Le développement des pousses est plus lent chez les jeunes arbres.

EN LIRE DAVANTAGE

Articles en relation

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici